Volbeat - Rock the Rebel/Metal the Devil (2007)

                                                 

C’est un fait : Black Roots Metallistic aime les pays nordiques. Au sommet de nos chouchous trônent fièrement les Korpiklaani, Finntroll, Amon Amarth et autres Turisas comme autant de groupes géniaux. A la lecture de cette liste, loin d’être exhaustive, on est en droit de se dire que les Suède, Finlande, Norvège, Danemark et compagnie ne produisent, pour la scène métal, que des groupes de vikings barbus hirsutes, violents à souhaits ou délicieusement folk. Loin de ce cliché, Black Roots Metallistic se plonge ici dans un album radicalement différent (rassurez-vous, cela reste très rock’n’roll…c’est l’adjectif qui convient ici le mieux), "Rock the Rebel/Metal the Devil" des danois de Volbeat.

           Adieu les drakkars, adieu les haches de combat, adieu les épopées vikings à travers les mers du Nord, il est ici question de coiffures bananes gominées, de Cadillac traversant les Etats-Unis à toute vitesse et bien sûr de Rock’n’roll…à l’ancienne. A l’ancienne parce qu’à la première écoute de ce groupe, le résultat peut dérouter. Enfant des passions bâtardes entre un métal incisif et un rock’n’roll tout « elvispreslesque », le tout teinté de relents de blues façon bluegrass, bottlenecks à l’appui. Alors, si nous devions enfermer Volbeat dans une de ces étiquettes de classification à propos desquelles se querellent les métallistes puristes, ce serait sans doute Rockabilly-métal, ou l’art de prendre la mode du « Folk à toutes les sauces » à contre-pied.

 

Volbeat, c’est qui ?

 

            J’y viens, les enfants. Au centre de cette machine tout de métal et de cheveux gominés se tient l’imposant Michael Poulsen, chanteur d’exception, guitariste rythmique redoutable et frontman charismatique du groupe. Comme souvent dans le métal (et le rock en général), c’est à la mort d’un premier brouillon que naît l’enfant prodige. Ici, c’est lorsque son groupe, Dominus splitte en 2001 que M. Poulsen, président du fan-club danois d’Elvis Presley (on comprend mieux) décide de retenter sa chance en créant Volbeat. Une première démo (« Volbeat » en 2002) remarquable, mais au style encore mal affirmé, bien que déjà reconnaissable entre mille. C’est surtout « Beat the Meat », en 2003, qui attire l’attention du magazine allemand Metal Hammer et qui met le groupe en lumière aux yeux du grand public en l’élisant « meilleur nouveau groupe » de l’année.


 

Dès lors, tout s’enchaîne et le titre Soulweeper (que l’on retrouvera sur l’album « The Strengh/The Sound/The Songs ») fait partie des 10 morceaux les plus diffusés sur les radios danoises. En 2005, ils entrent en studio pour enregistrer leur premier « vrai » album. Des sessions dirigées par Jacob Hansen (entre autres producteur de Raunchy, groupe de death métal danois) naîtra « The Strengh/The Sound/The Songs » premier coup de pied dans la fourmilière métal et premier carton qui récolte la note très prisée de 10/10 par le magazine Rock Hard. Volbeat part alors sur les routes et brilleront notamment au Roskilde Festival (sorte d’Eurockéennes danoises) en 2006. L’année suivante sort l’album qui ici nous intéresse : « Rock the Rebel/Metal The Devil » qui rentrera directement à la première place du Billboard danois.

 

Ca sature et c’est pas mal…

 

            Alors Quid de cet opus qui, il faut le préciser au moment de rédiger cette chronique, n’est pas le dernier en date, mais cela sera l’affaire d’un autre article ? De prime abord, ce qui frappe est cette ambiance rock’n’roll sauce 60’s, annoncée par une pochette sympathique (à mettre en rapport avec celle de « The Strengh/The Sound/The Songs »).
Allez, hop ! N’attendons pas plus longtemps et lançons la lecture !

 

        The Human Instrument ouvre le bal : bottleneck bluesy, reverb profonde… Volbeat jouerait-il du blues ? A moins que…attendez ! VLAM…oui c’est bien du Métal…lourd, claquant, gras. Elvis a pris le micro ? Non, c’est juste Michael Poulsen et sa voix exceptionnelle (on aime ou on aime pas…nous, on adore !). Refrains identifiables de suite, riffs puissants, son très bien produit et pourtant ce fantôme rock’n’roll qui plane sur les lignes de chant et l’ambiance générale des morceaux. Cette capacité à surprendre est la marque des grands et cela est de très bon augure pour la suite !

            Après un Mr. And Mrs Ness des plus efficaces (écoutez donc ce riff à 00 :47 !), on passe à un des premiers moments forts de l’album : The Garden’s Tale. Volbeat est ici renforcé par la présence de Johan Olsen, chanteur des MAGTENS KORRIDORER. Le mélange donne un duo détonnant : sous ses faux airs naïfs, le morceau met en lumière les talents vocaux de M. Poulsen, et après une intro des plus lyriques, on plonge en plein punk-rock ! Ca sent la sueur, le gros danois qui saute partout, ça sent la foule qui reprend en cœur !

Leaving it all with my only friend
Her beauty was lifeless on the stair
Oh baby I´ll carry you away

into the garden´s tale





            Cet album regorge de tubes en puissance…outre The Garden’s Tale, on se secoue volontiers l’occiput sur des morceaux comme Devil or the blue cat’s song ou Radio Girl (qui flirte avec un punk-rock, aux airs certes naïfs, mais duquel certains groupes mainstream devrait prendre exemple. De plus la voix (oui, oui, on insiste, mais c’est tout de même exceptionnel !) de Poulsen fait que cette chanson ne passe pas inaperçue).





   Et la moitié de l’album, c’est le choc…Sad Man’s Tongue ou l’art de renouveler le Métal à grands coups de bottleneck. Oui oui, nous nous emportons peut-être un peu, mais il n’empêche que génial, efficace, grandiose sont des adjectifs un peu faibles pour exprimer l’émotion qui ressort de ce titre. Du groove de l’intro, façon country, à l’explosion punk’n’roll de la suite… Ca donne envie de remuer le popotin façon Elvis (non, non, ne sombrons pas dans les clichés). Et à 2 :00 tout pile, Volbeat nous rappelle qu’ils font toujours du Fuckin’Metal. BLAM. Black Roots Metallistic jette l’éponge, "Rock The Rebel/Metal the Devil" a remporté la partie.

           

            Le reste de l’album se déroule sans encombre, efficace, mais l’auditeur est déjà crucifié dans son fauteuil. On fait ici dans l’efficace, Soulsweeper #2 et Boa ne démentiront pas. Pfiou, mes aïeux !




 

Alors cet album, bien ou pas ?

 

            La réponse est oui ! La première moitié du disque voit Volbeat se déployer dans toute sa splendeur, pour plus faire dans l’efficace dans la deuxième partie. Il faut de suite noter, que malgré le style novateur du groupe, celui-ci est très facile d’accès. Donc n’ayez pas peur : pas de Blastbeats, pas de chant guttural. Après un très bon "The Strengh/The Sound/The Songs", Volbeat persiste et signe avec ce magnifique skeud (comme disent les jeunes) que chaque ménagère de plus de 50 ans devrait posséder dans sa discothèque, entre Yves Montant et Les Enfoirés. Pour récapituler : un style immédiatement reconnaissable et efficacissime (n’ayons pas peur des néologismes), un son frais et bien produit, des compositions qui donnent la pêche.

            Pas de note donnée ici : on aime ou on aime pas, question de goût, mais si l’album vous a déplu, sachez que le fantôme d’Elvis risque de vous empêcher de dormir un moment…

 

Infos :

 

Rock the Rebel/Metal the Devil par Volbeat, sorti en 2007.

 

Volbeat c’est :

 

Michael Poulsen (vocals / guitar)

Franz Gottschalk (guitar)

Anders Kjølholm (bass)

Jon Larsen (drums)

 

Les morceaux :

 

1. The Human Instrument
2. Mr & Ms Ness
3. The Garden’s Tale
4. Devil or the Blue Cat’s Song
5. Sad Man’s Tongue
6. River Queen 7. Radio Girl
8. A Moment Forever
9. Soulweeper # 2
10.
You or Them
11. Boa

 

Produit et enregistré par Jacob Hansen aux Hansen Studios en 2007.

 

Quelques prix remportés par le groupe :


Danish Metal Awards :

-Metal debut album of the year pour The Strength / The Sound / The Songs en 2005

-Metal live band of the year en 2006

-Metal album of the year pour Rock the Rebel / Metal the Devil

-Metal album of the year pour Guitar Gangsters & Cadillac Blood en 2008

Danish Music Awards

-Nominé aux pour Best Danish album of the year et Best Danish rock album of the year (Rock the Rebel / Metal the Devil), Best Danish band of the year et Best singer pour Michael Poulsen

MTV Europe Music Awards

-Nominé pour Best Danish Act

 

Quelques notes de Webzines :

 

-Hardrock80, metalfan.nl : 85%

-Auxportesdumetal : 15/20

-Spirit of Metal : 19/20

-Metal Impact : 5/5

-Metal archives : 95%


Discographie

 

Demos


-Volbeat, 2002

-Beat the Meat, 2003

Albums 

-The Strength / The Sound / The Songs, 2005 

-Rock the Rebel / Metal the Devil, 2007 

-Guitar Gangsters & Cadillac Blood, 2008

DVDs 

-Sold Out, 2008

Martin