The Kovenant: S.E.T.I (2001)

On pourrait penser qu'il s'agit là des méchants du jeu vidéo Halo( les Covenants) qui se mettent à rechercher des extra-terrestres.
S.E.T.I est en effet l'abréviation de "Search for Extra-Terrestrial Intelligence", vaste programme lancé par la NASA dans les années 60 destinés à savoir si nous sommes seuls dans l'univers. Essayant de capter toutes ondes venues des limites de notre galaxie, la NASA n'a toujours pas eu de réponses a ses mutliples coup de fils passés dans le vide intersidéral.
(Black Roots Metallistic, une émission d'astronomie, si si).

Les extra-terrestres ne peuvent chercher des extra-terrestres puisqu'ils sont eux même extra-terrestres.

Ce n'est la que la dernière (ancienne) création du Norvégien Nagash, ex-bassiste de Dimmu Borgir. Décidant de faire un projet solo, il s'est lancé dans un projet black metal qui s'est petit à petit transformé en quelque chose masseré dans l'electro. Cela a evidement déplu aux fans de premières générations.

Avant tout:

C'est en 2003 que le groupe à sorti ce (dernier) album produit par Nuclear Blast

De quoi en retourne il exactement?

A la première écoute on a tendance a être un peu déconcerté par ce mélange d'electro, de reste de black, de voix claire, d'inspiration indus, de synthétiseurs à foison. Une chose est sur c'est qu'on sent Samael d'une part pour la sonorité d'autre part pour les textes.

En effet les paroles traite de l'univers, de la place de l'homme dans celui-ci, de réflexions sur l'humanité

et sa place sur terre. The Kovenant nous annonce d'ailleurs que celle-ci n'est qu'un ramassis de singes sans avenir. Encore quelque chose de très moralisateur en somme.


Cependant, l'ensemble de l'album sonne plutôt bien.L'electro y est largement mis à l'honneur, modifications de voix, riffs remixés, distorsions arrangées ainsi que quelques chorales retouchées sont de la partie. Ca ressemble à pas grand chose de connu ou de trop entendu. Il est sur d'une chose c'est que vous autres fans de black le trouverait décevant alors que les premiers albums "Nexus Polaris" et  "From The Storm Of Shadows" vous conviendrez d'autant plus.

Quelques morceaux accrocheurs en particulier Star by Star et Acid Theatersont des titres à conserver à écouter et réécouter. Ca ne transpire pas la joie comme musique, elle est notable pour l'étrange esprit qui s'en dégage: tristesse? rage? haine? Nous ne saurions trop le dire.

Malgré quelques rumeurs d'une sortie prochaine d'un album (dont le nom serrait Aria Galactica) le groupe n'a pas donner spécialement signe de vie, se serrait-il  fait enlever par notre ami E.T?

Enfin il est important de noter dans l'édition limité la présence d'une reprise de Metallica. Il s'agit de "The Memory Remains". Cette reprise a été relativement critiqué et controversé de la part des puristes. Cela reste tout de meme un morceau intrigant , surprenant et un peu déroutant.   

Discographie:

In Times Before the Light (1997) - Mordgrimm 

Nexus Polaris(1998) - Nuclear Blast 

Animatronic(1999) - Nuclear Blast 

In Times Before the Light(Réenregistrement, 2002) - Hammerheart Records 

S.E.T.I.(2003) - Nuclear Blast

Derniers membres en date : 

Lex Icon (Nagash) : chant, basse, claviers (ex-Dimmu Borgir) 

Psy Coma (Blackheart) : guitares 

Musiciens de session : 

Andun Stangel : guitare 

Küth : batterie 
Geir Bratland : claviers 

Anciens membres : 

Von Blomberg (Hellhammer) : batterie (Mayhem, Winds, ex-Arcturus, ex-Dimmu Borgir)

Steinar Sverd Johnsen : claviers (ex-Arcturus) Astennu : guitare (ex-Dimmu Borgir) 
Sarah Jezabel Deva : chant lyrique (Cradle Of Filth, Angtoria, ex-Therion)

 

 

 

 

 


By:Zak