Samael - eternal (1999)


Pour continuer dans le pays des chocolats et des banquiers attardons nous cinq minutes sur un album qui fête cette année ses dix ans.
L'histoire de Samael est relativement similaire à celle de The Kovenant. En effet départ d'un black qui tache pour arriver dans un electro plus que contrastée.

Cet album n'est pas naturel. Un voyage dans une galaxie aux confins de la voie lactée. Il en est une certitude c'est qu'on est dans l'electro jusqu'au cou. Voix modifiée, son travaillé, riffs étranges, baterie pas naturelle, ajout de bruits inconnus...

Xy, le batteur et Vorph le chanteur/guitariste décide de monter Samael . Samael était assis à la droite du Seigneur dans l'ancien testament et avait pour épouse Lillith .Un beau jour il complota contre Dieu et fut jetté aux Enfer ou il a endossé le petit nom de Lucifer. Enfin bref tout ça pour pas dire grand chose.

Samael a su au cours des dernières années s'élever au rang des "grands" du Black Metal. Ce début d'année 2009 a vue l'arrivée inattendue d'un dernier album du groupe:Above. Alors qu'il s'était éloigné au confins de l'electro dans des albums comme "On Earth" et "Era One & Lesson In Magic" en particuliére en ajoutant au gros son qui tache des saveurs venues d'ailleurs grâce a des mélodies de cithare.
Comme pour plusieurs autres groupes ayant évolués vers l'electro, les fans de premières génération se sont retrouvé à un peu négliger ce groupe. Cependant ce dernier album sonne des plus Black. Une certaine jeunesse retrouvée pour le groupe en quelque sorte.


Penchons nous maintenant sur cette belle création qu'est "Eternal".



Bien qu'il ne s'agisse pas d'un chef d'oeuvre cet album à tout de

ê le droit à de plus hautes considérations. Sorti en 1999 juste aprés "Exodus".
cet album à eu un accueil plutôt litigieux. Certain le pronère comme la nouveauté et l'avenir du Black Metal : teinté d'electro et flirtant parfois avec l'Indus. Un certain mélange d'influances et de styles qui a fait que d'autres fans de premiere generation ont eu tendance a considéré comme trop axe
sur la "fusion" de style.


L'album s'ouvre sur le morceau Year Zero. D'emblais on sait qu'on n'est plus sur Terre. Une telle mélodie ne peut décrire que les trous noirs, les comètes, et autres
anneaux de Saturne. 


L'ensemble de l'album est trés trange. A son écoute on ne sait plus ou on est, un peu perdu, un peu déboussolé. Il ne s'agit en rien d'une musique psychedelique mais d'un voyage . Les Titres "the Cross", "Supra Karma" et "Nautilus & Zepplin" sont les pièces maîtresse de cet album. Des titres massifs, imposants mais toujours marqué des ces sont blizzards.

Mais de quoi est il question dans cet album??

Quittant le black traditionnel, Samael a aussi quitter les thèmes traditionnels du black. Ressemblant un peu aux Kovenant sur leur fond leurs paroles traitent de l'imatérialité, de l'imensité de l'unnivers et de la maigre place que prend le roseau pensant dans celui-ci.
L'homme est un détail, mais un détail arrogant.

Il est intéressant de s'attarder quelques instants sur le titre "Together": la chanson d'amour du Black metalleux. On suppose que Vorph à écrit ici une chanson pour sa dulcinée. Il lui demande de reste a ses cotes jusqu'a l'eternité (qui reste le nom de l'album) mais aussi de rester voir l'évolution de l'Histoire. En sommes, ensemble ce couple serra immortel.

Le titre "The Cross" traite du Paradis. En effet, Samael est un ange. Il est juste qu'il se morfonde sur sa déchéance.

Que vous dire de plus?
Sinon vous conseiller l'écoute de cet album. Bien que relativement peu abordable a la première écoute, il reste fascinant après un peu plus  d'attention. Un petit sentiment d'hypnose accroché la quelque part entre nos neurones et nos sentiments....

Il est tout de même important d'ajouter que la production de l'album est parfois un peu crade. La même chose avec un son plus propre aurait sans doutes grandit la popularité de l'ensemble.



Line-up:

Xytraguptor : Batterie, Claviers, Programmation ex-Mistery (SWI)
Miseim(Christophe Mermod) : Basse ex-Alastis, ex-Fourth Reich
Vorphalack : Chant, Guitare  
Makro : Guitare Alastis, Fourth Reich


Zak