MOONSPELL - Lusitania Metal [DVD] (2008)

#

 

     Pour une fois que le Portugal témoigne de ses qualités autrement que par son alcool (miam*), son football (beurk*) et son histoire, je ne peux qu’en être ravi ! Bon d’accord, je ne me fis peut-être qu’à des  généralités stéréotypés mais peu importe, MOONSPELL prouve que le Metal n’est pas seulement une affaire de sombres nordiques à clous.

 

     MOONSPELL nous vient en effet des contrées chaudes de l’Europe ; formé en 1989 par son chanteur Fernando Ribeiro et son bassiste de l’époque, Ares, leur style est assez fluctuant en fonction des périodes mais à ses débuts, le groupe fait clairement dans le Black Metal (voir la démo Anno Satanae). Au cours des années, on retrouve les portugais à expérimenter les genres : Death, Electro (album Sin/Pecado), voire Folk (ambiance orientale indéniable).

     C’est donc au bout de pas loin de 20 années de carrières que le groupe sort son premier DVD nommé LUSITANIAN METAL, les fans l’attendaient impatiamment après que celui-ci fut maintes fois reporté. Attendre autant pour réaliser un DVD est un atout pour le groupe  qui fait ainsi une rétrospective de sa carrière.

     Le livret fait d’ailleurs un parallèle entre la carrière de MOONSPELL et les grand explorateurs portugais (par Gunnar Sauerman, journaliste au journal METAL HAMMER) dont ils se font les héritiers: je cite « captain fernando at the helm of the caravel » ou comparant le second DVD à la découverte du cap de bonne espérance (« charting new territories like the  portuguese captain Bartolomeu Dias who discovered the cape of GOOD HOPE in may 1488 ») et en conclusion « LUSITANIAN METAL is MOONSPELL’s invitation to their old and new friends alike to become explorers themselves » . Bien qu’appréciant le groupe et sa carrière, la comparaison est peut-être un peu poussée mais ne manque pas d’originalité. A ce propos, Fernando Ribeiro, toujours dans ce livret, nous conte une anecdote assez sympathique d’avant les débuts en 1989 des Ex-MOONSPELL, les MORBID GOD. Le groupe aurait en effet rencontré QUORTHON en 1990, qui leur aurait balancé après un concert commun « Stay Conquistadores ! » d’où cette conscience de la valeur de leurs origines.

     Les MOONSPELL sont ainsi devenus les représentants de la scène metal portugaise.

 

      Passons au DVD en lui-même

 

      Au niveau du Packshot, le visuel est très alléchant même pour la version simple double DVD (c'est-à-dire sans la boite en carton, les images bonus  du groupe et l’album de la performance live à Katowice). Le cover pharaonique est justifié par Fernando Ribeiro comme ayant tout son sens :  « Détenir ce DVD implique pour vous de rompre une malédiction. De combattre des monstres. / Aujourd’hui  appelés hommes de loi ».

 

Contenu :

1er DVD :

Part 1 : Live At The City Of Ravens (Katowice 2004)

Part 2 : Touche Me In The Eyes (videos clips)

Part 3 : Knowledge (Discography & interview)

 

2nd DVD :

Part 4 : Small Hours – The Early Days (1992-1994)

Part 5 : Strange Are The Ways Of The Wolfhearted tour (1995-1996)

Part 6 : Perverse Almost Religious tour (1996-1997)

Part 7 : It’s A Sin tour (1997-1999)

Part 8 : The Butterfly Effect tour (2000-2001)

Part 9 : Darkness And Hope tour (2001-2003)

Part 10 : Spreading The Eclipse tour (2003-2005)

 

    Alors qu’est-ce que ça vaut ?

 

 

     Le premier DVD pourrait à priori paraître moins lourd que le second mais pour un live entier, des clips vidéos et une interview, on a de quoi faire.

     Le live, parfaite démonstration du show à la MOONSPELL, démarre sur les chapeaux de roue avec « In And Above Men » et son contraste intro guitare calme qui enchaine sur une batterie puissante à la double pédale du plus bel effet. Dès lors, Fernando empoigne son pied de micro et headbang ; le ton est donné !  S’ensuivent les titres classiques des anciens albums qui ont fait le succès du groupe : « Alma Mater », « Vampiria », « Everything invaded », l'ancien mais toujours efficace « Opium » et une fin sur « Full Moon Madness », final de leur album Irreligious. Ce dernier titre à la fois très lent et atmosphérique reste pour moi un des moments les plus forts du show et surtout le titre à écouter en live plutôt qu’en studio (comme je le ferais pour le « Fear of the Dark » de Maiden*).

     La seconde partie présente l’intégralité de leurs clips d’ « Opium » (1996) à « Everything Invaded » (2004). On regrette le manque des derniers albums (« Finisterra » , « Scorpion Flower ») même si le livret indique la présence du clip de « I’ll see you in my dream » (2006) pourtant inexistant.

   La Troisième et dernière partie de ce premier DVD qui sous son titre « knowledge » désigne la discographie complète et une interview du groupe  (… dans un cimetière s’il vous plaît !) est surement la moins intéressante. S’informer c’est bien mais pour une discographie, on a mieux à regarder sur un DVD … Quant à la fameuse interview en Anglais non sous-titré elle reste compréhensible si l’on manie un minimum la langue de Shakespeare (les portugais s’en sortent beaucoup mieux dans la prononciation que les japonais  … ou même les français) ; Fernando revient sur l’histoire du groupe, ses attentes dans la production d’un tel DVD mais bon passons car le meilleur reste à venir.

 

     Le meilleur ? c’est bien évidement le second DVD. Le plus intéressant pour les fanatiques.

 

     Bref, sous ce déluge de superlatifs, se cachent en fait des morceaux vidéos de concerts de MOONSPELL, du statut d’anonymes en passant par l’avènement, jusqu’à la consécration.

     On s’amuse ainsi à voir la piètre qualité des enregistrements du camescope de maman au fond d’une salle des fêtes(*) où le groupe (1992) est à la fois plus jeune et moins bien équipé : des amplis qui crachent, une batterie moins fournie, moins de lumière, moins de poils … ils interprètent alors les titres de leurs premières démos (Anno Satanae et Under The Moonspell). Puis vient la première partie de Cradle Of Filth à Lisbonne en 1994 et les premiers shows maquillés : du contenu inédit !

    Ainsi, on observe au fur et à mesure des périodes de MOONSPELL, l’évolution technique des membres et l’évolution technologique (meilleure qualité audio/vidéo) sans oublier l’internationalisation du groupe (on pense notamment aux shows d’Athènes, et d’Istanbul en 2004) ou le soutien apporté à différent groupes comme Cradle et Napalm Death.

   

 

     En résumé, une longue tranche de pur MOONSPELL pour les carnivores de tous poils qu’ils soient fans velus de la première heure ou petits nouveaux imberbes chez les leaders de la scène Metal portugaise. Ce «Lusitanian Metal » a tout pour plaire mais par la faute de ses multiples reports, il nous prive des perles de ces 3 dernières années, les albums Memorial (2006), The Great Silver Eye (2007), Night Eternal (2008). C’est le gros reproche que tous les fans peuvent lui faire.

     Ce DVD n’en reste pas moins la seule et première sortie permettant au groupe de faire l’historique de sa carrière qui je l’espère est loin d’être terminée !

 

 

Polo

 

 

 

 

*avis purement personnels