Amon Amarth : L'invasion Viking

Amon amarth

Cela fait maintenant plusieurs années qu'Amon Amarth n'est plus considéré comme un groupe de seconde zone, depuis l'album Fate of Norns et ses "tubes" Pursuit of Vikings, An Ancient Sign Of Coming Storm ou encore l'excellent titre éponyme, Amon Amarth est désormais un groupe important de la scène metal.

Tout d'abord, sachez qu'Amon Amarth est un nom qui provient du Seigneur des Anneaux de J.R.R Tolkien, c'est plus précisément un volcan du Mordor (ça met dans l'ambiance).

Formé en 1992 à Tumba, au Nord-est de la magnifique Suède, les membres du groupe ont déjà les idées claires et enregistrent très rapidement leurs premières démos "Thor Arise" et "The Arrival Of The Fimbul Winter". Sorties respectivement en 1993 et 1994, ces deux démos connaîtront un succès intéressant, la deuxième étant limitée à 1000 exemplaires, se retrouvant rapidement épuisés. Le groupe aura également compris qu'il faut tourner pour se faire connaître et les Suèdois ne seront pas avares en concerts durant cette période, avec une belle première tournée, pour l'instant limitée à la suède (frais de déplacement oblige).

 

En 1995, propulsé par le succès des démos, le groupe entre en studio sous la houlette de Peter Tägtgren d'Hypocrisy (Death metal), qui aura flairé le potentiel d'Amon Amarth, dans le but de produire un E.P, qui servira au passage de lancement Européen.

Sorrow Throughout The Nine Worlds sort en 1996.

Enregistré au Abyss Studio, studio personnel de Tägtren, qui a déjà produit en ces lieux des albums de Dimmu Borgir, Immortal ou encore Dark Funeral (autant dire, de grands noms du metal extreme), vous pouvez imaginer que pour une première, le son du groupe sera loin d'être dégueux.

D'ailleurs, le public ne si trompe pas, les compositions sont de qualité, bien que pour l'instant assez éloignées du style "Amon Amarth" connu aujourd'hui (surtout vocalement, registre plus Black metal), et ce premier E.P va permettre au groupe de s'exporter, chose très importante dans le monde du metal. Sorrow Throughout The Nine Worlds est aussi la première épopée musicale des Suèdois, divisée en 5 parties (5 morceaux), les textes sont travaillés et rendent hommage (dans leur ensemble) aux Vikings et à Thor, dieu de l'orage, du combat au corps à corps et des arts martiaux dans la mythologie Nordique.

En 1997, la formation signe chez Metal Blade, label qui a contribué à faire connaître Metallica (rien que ça), un grand pas pour Amon Amarth, qui aura ainsi, dans un futur proche, l'opportunité de tourner dans toute l'Europe.


Sur cette belle lancée, le groupe enregistre ainsi son premier véritable album studio, Once Sent From The Golden Hall, toujours enregistré avec Peter Tägtgren dans les studios Abyss (on ne change pas une équipe qui gagne). L'album sort en 1998 ,après quelques mois de travail acharné, on constate que le groupe évolue toujours dans un registre Black/Death mélodique et puissant carrement épique. Comme sur leur E.P, la totalité des textes sont plutôt bélliqueux, mais n'y voyez aucune violence gratuite, avant tout, le groupe rend hommage encore et toujours à leurs ancêtres vikings avec une énorme touche (bien entendu) de mythologie (les dieux nordiques, Thor en tête), bataille contre dragon et autre aventure dans l'esprit "Heroic fantasy", mais bien moins pompeux que Rhapsody (au hasard).

En clair, ce premier album est une réussite, musicalement parlant,il ne faut pas s'attendre à la finesse de Pink Floyd, ici tout est dans le riff. Les breaks sont carrés et efficaces, sans aucune fioriture, le groupe ne va plus lacher ce style, mais le peaufiner, pour un futur qui s'annonce radieux.

Jusqu'ici formé de Johan Hegg (chant), Olavi Mikkonen (guitare), Anders Hansson (guitare), Ted Lundström (basse) et Nico Mahra (batterie), Amon Amarth va connaître son premier coup de théatre, le départ du guitariste Anders Hansson, juste avant le début de la promotion de l'album sur les routes d'Europe.

C'est finalement Johan Söderberg qui vient completer le line-up, la formation peut ainsi partir en tournée, aux côtés de groupes cultes et violents: Deicide, Brutal Truth, Naglfar et Six Feet Under. Cette tournée va permettre à Amon Amarth de gagner en notoriété chez les amateurs de "Death brutal", avec au passage, leurs premiers concerts en France, à Strasbourg et à Toulouse.

En 1998 toujours, mais cette fois après la tournée européenne, Fredrik Andersson remplace Martin Lopez à la batterie, le line-up ne changera plus à partir de cette date.

En 1999, Amon Amarth enregistre l'album "The Avenger", le groupe part ensuite en tournée avec les mythiques Edge of Sanity, Mayhem et Gorgoroth (le X mass festival tour). Ils feront également leur première apparition au désormais célèbre Wacken open air, autant d'événements importants qui permettent aux Vikings, doucement mais surement, de franchir des étapes, de gagner des niveaux (de pexer pour les amateurs de MMO).

Stabilité du line-up, succès des premiers albums et tournées successives, Amon Amarth enregistre en 2000 leur 3 ème album "The Crusher". La qualité de se dernier permet au groupe de tourner aux USA, encore un cap important dans leur carrière, la tournée Européenne est un véritable succès, ils partagent notamment l'affiche avec Marduk et Vader (No Mercy Festival)

En 2002, le groupe joue une nouvelle fois au Wacken, devant plus de 12 000 personnes, puis enregistre "Versus the World" qui va définitivement placer Amon Amarth dans le panthéon du death metal. La formation change de producteur et de studio, le son devient plus "stylé", surtout au niveau des percussions, les "Death in fire" et "And Soon The World Will Cease To Be " sont de véritables morceaux d'anthologie, en tournée, ils contribuent à la notoriété du groupe. Les spectateurs accrochent, désormais par milliers.

En 2003, Amon Amarth s'envole pour une série de concerts Américains (ou leur succès est fleurissant), mais également en Israel. La tournée Européenne est un genre de festival itinérant, avec Deicide, Destruction, Nile, New Scented, Misery Index et Graveworm.

 

J'en parlais au début du texte, Amon Amarth sort en 2004, l'album qui va définitivement les mettre à l'aise financièrement et artistiquement, le groupe va ainsi envisager l'avenir avec sérénité (bien qu'au niveau de la scène metal, rien n'est jamais acquis).

Fates of Norns et ce que l'on pourrait appeler, le "déclic" commercial du groupe, bien qu'ayant fait des ventes correctes jusqu'ici, et de plus en plus importantes, le groupe va véritablement cartonner avec cet album. Sans publicité grands médias (comme la plupart des groupes de metal), Amon Amarth parvient a atteindre le top 50 des charts Scandinaves et entre même dans le top 100 du fameux Billboard US. Pourtant l'album est un poil plus faible que les précèdants, hormis ces quelques tubes, on s'ennuie même quelque peu sur certains morceaux.

Cela dit, la formation évolue sur un point important: la production.Le son n'aura jamais été aussi clair, Amon Amarth devient l'un des groupes actuels les mieux produits.

Les Suèdois vont ensuite tourner deux ans, la demande augmente, le groupe doit assurer 3 tournées Américaines (dont une avec Children Of Bodom et Trivium), et 2 tournées Européennes en tête d'affiche, s'il vous plait !! L'occasion également de passer dans la plupart des festivals metal en Europe (Graspop, Wacken (devant 34 000 fans), Party San, Bang Your Head..), mais aussi des passages au Mexique, en Turquie, en Pologne..


Live

Tournée triomphale, vente d'album au dessus des espérances du groupe, Fates of Norns et sa tournée aura permis à Amon Amarth d'entrer dans la cour des "grands" du Death mélodique, aux côtés de Dark Tranquility, Arch Enemy, In Flames ou encore Soilwork.

 

Pour fêter ce succès en beauté, les "Vikings" vont sortir en mai 2005 leur tout premier (triple) DVD, Wrath of the Norsemen, une occasion de voir le groupe sur scène durant 5 concerts différents !

Combats médiévaux, effets pyrotechniques et décors Viking, rien n'est laissé au hasard (même la corne à boire attachée à la ceinture de Johan Hegg, excellent frontman au passage), tout colle parfaitement à la musique épique du groupe, et nous sommes plongés durant des heures dans l'univers "Scandinave", aux côtés de Thor et Odin (si si je vous jure !).

A noter que Wrath of the Norsemen restera 6 semaines dans les charts de dvd musicaux en Allemagne..Grosse performance, surtout pour un groupe de Death metal.

Amon Amarth entre immédiatement en studio pour l'écriture et l'enregistrement de leur prochain et 6 ème album iWith Oden On Our Side, le groupe mettera plusieurs mois à peaufiner cet album.


Amon amarth

 

D'ailleurs, il sagit jusqu'ici de l'opus le plus travaillé des Suèdois, le son est une nouvelle fois à la hauteur, ce qui aide pour la qualité d'un album, avouons le. Les compositions restent dans la veine "Amon Amarth", à coup de riffs surpuissants et toujours directs et immédiats, cependant on sent un net progrès au niveau des arrangements. Bien qu'il manque un véritable "tube" comme "Pursuit of Viking", iWith Oden On Our Side est, pour moi , supérieur au précèdant album. Le groupe a évolué, musicalement, et même au niveau des textes, qui parlent toujours en général des Vikings et de l'époque médiévale, mais qui se réfèrent la plupart du temps, aux propres expériences personnelles de Johan Hegg. C'est donc beaucoup plus profond qu'une simple histoire de rassemblement de troupes Vikings prêts à attaquer les bretons...

Cet album est l'apologie du riff, c'est encore plus flagrant que sur les précèdants, le groupe joue nettement la carte du "rentre dedans", et c'est temps mieux, le public n'en attend pas plus d'Amon Amarth.

Ce nouvel album permet d'ailleurs au groupe de gagner de nouveaux fans, la demande devient d'ailleurs très intéressante au niveau mondial.

Amon Amarth va en effet partir en tournée durant plusieurs mois, en tête d'affiche ou accompagné de plusieurs groupes (Children of Bodom, Gojira, Wintersun..), avec une nouvelle fois plusieurs tournées aux USA, ou l'album a rencontré un franc succès, et bien sur en Europe et désormais dans de nombreux pays (deux Elysée Montmartre à Paris, un concert à Marseille et le show au Hellfest festival 2007) le groupe enchaine comme à son habitude un nombre impressionnant de festivals. Leurs premiers shows en Nouvelle

Zélande et en Australie sont importants également.


Et enfin 2008, consécration commercial avec leur nouvel album Twilight of the Thunder God, l'Europe entière voit entrer le groupe dans ses charts, la 6 ème place des classements de ventes en Allemagne dépasse l'imagination du groupe, au beau milieu d'artistes "mainstream", formatés, commerciaux, Amon Amarth et son Death mélodique entre dans l'histoire de la musique extreme. C'est, au passage, la meilleure performance réalisée en Allemagne par leur label "Metal Blade", et ce n'est pas tout, l'album entre également dans le top 10 scandinave, une première, mais aussi est surtout, dans le top 50 du Billboard US (ou l'on retrouve bien plus souvent toute la clic d'artistes MTV, ou les groupes de metal exclusivement Etats-uniens), un exploit, le groupe perce également au canada avec une entrée dans le top 50. Les Suèdois font même parler d'eux au Japon (où le public metal est normalement plus attiré par Arch Enemy et Dark Tranquillty), un nouveau marché s'ouvre.

Dans tout les cas, en laissant le succès du groupe de côté, cet album est certainement le plus réussi de tous, le son est gigantesque (il ne faut pas mettre trop fort, au risque de faire s'écrouler un peu tout ce qu'il y a autour de vous).

On va commencer par parler des invités plutôt prestigieux, invités tous issus de la scène metal et qui contribuent à la qualité de l'album.

Roope Latvala (guitariste de Children of Bodom, ex Waltari, ex Sinergy) est le premier à intervenir, sur le morceau éponyme, et premier tube de l'album. Il exécute un solo magistrale qui apporte beaucoup à la dynamique du titre.

On retrouve également Lars Göran Petrov du groupe Entombed, qui nous gratifie de ses lignes de chants gutturaux sur le morceau Guardians Of Asgaard, une réussite totale.

Enfin Apocalyptica, les metalleux aux violoncelles, font une apparition marquante sur Live for the kill, intervention du plus bel effet (un peu de douceur dans ce monde de Vikings).

Passé cette liste d'invités, revenons en aux morceaux en général. L'on reconnait toujours la papatte d'Amon Amarth, cela dit, certains détails sont inhabituels et plutôt bien vus (discrets, mais faisant la différence). Ainsi on retrouve quelques cors bien cachés, on remarque également que le groupe diversifie le son des guitares, on y retrouve pratiquement les sonorités modernes digne d'un Soilwork, pas mal d'effets utilisés (ce qui était jusqu'ici assez rare), mais rassurez vous, Amon Amarth n'en perd pas son identité.

La plupart des morceaux de Twilight of the Thunder God sont immédiats, en particulier les cinq premiers, dont Twilight of the Thunder God, Guardians Of Asgaard et leurs riffs à la "pursuit of Viking", c'est à dire, très puissants et identifiables dès la première écoute. Le travail de composition se rapproche de l'album précèdent, bien que le groupe ce soit une nouvelle fois amélioré dans tous les domaines. On constate par exemple que les guitaristes jouent de plus en plus de solos, histoire de garnir les parties musicales, les rythmiques sont quant-à-elles géniales et totalement entrainantes (Tattered Banners & Bloody flags en est peut-être le meilleur exemple).

Bref, c'est la maturité totale, relevé par une production puissante et clair rarement égalée (je l'ai déjà dit, oui, mais j'y tiens), Twilight of the Thunder God est un chef-d'oeuvre, une réussite du début à la fin. Rien à jeter, on passe du morceau carrement épique, le surprenant Embrace Of The Endless Ocean et ses riffs fédérateurs, le puissant et moderne No fear for the setting sun ou encore Tattered Banners And Bloody Flags et ces fameux cors, ce dernier fait presque Folk extreme. Le dosage entre agressivité (plus élevée que sur iWith Oden On Our Side ) et subtilités mélodiques est carrement malin, c'est bien pensé, en gros.

Que dire d'autre sur ce merveilleux album, que même une personne qui n'est pas fan de chant guttural sera peut être conquise, disons au passage que Johan Hegg est dans ce domaine l'un des meilleurs, et que le niveau des musiciens en général est très bon, bien que la plupart des passages soit plutôt simples est carrés, on peut, par exemple, remarquer le jeu très intéressant de Fredrik Andersson à la batterie (soutenu par une production terrible, non c'est bon j'arrête..). Les paroles sont également à la hauteur, sans tomber dans le too-much, prenons par exemple le refrain de Free will sarifice :


"Soon we will be gone
A free will sacrifice.
As free men we are born
And free we shall die".

 

Elles sont à la fois bien écrites, simples, efficaces et totalement compréhensibles (pour les balaises en

Anglais), ce n'est jamais évident en guttural de bien articuler, Johan Hegg et une nouvelle fois parfait.
Donc, succès commercial, succès artistique (l'album a été encensé par la presse spécialisée), apothèose totalement méritée, à force de travail, Amon Amarth a atteint un niveau qui, je l'espère, ne redescendra pas (comme certains groupes (sans les nommer) qui faisaient du Death mélodique, et qui ont sombré dans le "néo" pour attirer un public plus jeune et plus large, suivez mon regard, une flame qui brille bien moins qu'avant héhé ^^).

Pour conclure sur Twilight of the Thunder God , la meilleure phrase reste celle d'Isabelle Le Maguet du magasine Rock Hard: "Les Suèdois prouvent également qu'il est possible de se renouveler, de tenter quelques exprériences et d'utiliser de nouvelles armes, sans pour autant s'éloigner de leur champ de bataille."


J'aimerai également vous dire (j'allais oublier) que ce nouvel album est disponible en version collector avec un dvd et cd live, une prestation enregistrée au Summer Breeze festival 2007, dotée d'un bon son et d'une image correcte (pas du foutage de gueule quoi), et que le boitier (comportant un livret de 20 pages) est absolument magnifique et superbement illustré.

On comprend donc qu'Amon Amarth ne se moque pas de ses fans, et que les fans en sont que plus fidèles, en particulier par rapport à la nouvelle boutique internet du groupe, qui offre gracieusement de magnifiques posters pour une commande passée (petit geste qui parait anodin, mais, faut-il rappeler que l'on paye ces mêmes posters 5 à 10 euros sur certains sites..).

Amon Amarth va, bien entendu, promouvoir ce superbe album par une grande tournée, qui a d'ailleurs débuté à l'heure où j'écris (il faut dire que le groupe est pratiquement toujours en tournée). Ce tour est encore plus important que le précèdant, les Suèdois sont partis avec la fameuse Unholy Alliance, sorte de tournée- festival qui a lieu chaque année. Amon Amarth partagera l'affiche avec les prestigieux Slayer, mais aussi avec les "groupes du moment" Trivium et Mastodon. Une tournée des grandes salles, le Zénith pour la France (nous n'avons pas été oublié), qui se déroulera durant 1 mois, pour environ 25 concerts (à moins que des dates soient rajoutées d'ici là), l'occasion de jouer devant un public encore plus large.

Puis le groupe prendra sont envole en tête d'affiche avec des concerts spéciaux annoncés (ils vont jouer à Bochum durant 4 soirs, 4 albums différents), les suèdois joueront une nouvelle fois en Turquie et pour la première fois en Russie (prévu pour 2009), puis annonceront la suite de leur tournée très prochainement (avec les festivals d'été).


Amon Amarth est déjà confirmé au Wacken et au Summer breeze, la vague du succès, bien mérité.

A ce rythme, le groupe semble être en mesure de devenir le nouveau leader de la scène Suèdoise, faut-il encore maintenir le cap, en termes de qualité d'album, et ne pas sombrer dans le commercial.

Wait and see.....

 

                                                                                                                          Jérôme