Interview Miseducation of Masses au Motocultor!!

Publié le par L'équipe de Black Roots Metallistic

387479_206693216089025_2114843451_n.jpg

Miseducation, c’est bien. Ce groupe fait indubitablement parti des richesses cachées (mais bientôt découverte on espère) de la scène française en matière de Brutal/Death. C’est bien triste qu’ils ne soient pas plus connu, parce qu’en plus de faire du lourd, ces messieurs ont de l’humour…


Vous faites du son depuis un bon bout de temps, avec Miseducation et d’autres projets parallèles, est-ce que vous auriez une anecdote à nous compter ?


 

 

François : C’est un peu compliquer de trouver une anecdote, si on reprend l’histoire du groupe, on avait formé Strangulation, et puis au fur et à mesure qu’on jouait on se rendait compte que ce qu’on faisait ne collait plus du tout avec Strangulation. On partait de plus en plus vers le Brutal Death,  j’ai pas vraiment d’histoire à te raconter. Le groupe existe depuis certes quatre ans, mais moi j’ai surtout l’impression que ça fait réellement six ou sept mois. Pendant quatre ans on a bossé beaucoup de morceaux, on a composé, on a fait quelques concerts mais rien de concret. C’est avec l’arrivé du nouveau batteur que ça a relancé le truc.

On avait le Motocultor qui était censé être le truc qui nous « lancerait » (note de BRM, les concerts de Miseducation & Ataraxie ont été annulé lié au retard d’ouverture du festival : cf article de Grhum). J’aurai beaucoup aimé avoir des anecdotes à vous raconter sur ce concert, mais voilà, j’en aurai pas.

Il y a eu une belle date avec Malevolent Creation au Mondo Bizaro à Rennes, ou je me suis récupéré le gratteux de Malevolent qui pleurait sur mon épaule et quand tu écoutes du Brutal/Death depuis longtemps et qu’un mec comme ça te chiale dessus ça fait drôle. Je crois que j’ai réussi à lui remonter le moral quand j’ai débouché une bouteille de vodka…


D’où vient le nom du groupe ? Miseducation of Masses, ça ressemble un peu à une critique du monde dans lequel on vit actuellement… D’où ce nom ? Pourquoi ce choix ?

 

François : Pour t’expliquer le nom, il faut un peu rappeler le contexte. On enregistrait dans un poulailler et on s’est dit : « c’est bien on a pas de nom, on s’y est pris au bon moment pour se poser la question » et donc voilà, au début je pense que c’est un peu la sonorité qui nous a plus. Et puis bien sûr il y a un peu une signification « crypto-communiste » on peut le dire. Globalement ça n’a pas vraiment à voir avec la musique qu’on fait. Il y a aussi le fait que Jo vienne du HxC, moi j’écoute d’autre style que du brutal/death , donc ça nous paraissait pas mal, mais on s’est rendu compte trop tard que ça faisait beaucoup de syllabes...On a quand même décidé de garder le nom.

 


 

 

 

Sur votre clip Breathing Object, vous avez un putain de son… C’est mixé maison ?


François : C’est une question qui va faire plaisir à notre nouveau batteur, c’est Kevin. Notre ancien batteur qui a vraiment investi de temps et d’argent pour faire un studio chez lui. C’est lui qui nous a pondu ce son là. Il ne fait plus parti du groupe aujourd’hui… On n'exclu pas de rebosser avec lui un jour même si ce n’est pas en projet actuellement.

 

En fait on aime bien le coup de tonnerre au début.


Guillaume : Ah ouai en fait t’apprécies deux secondes de son sur trois minutes.


Ouai c’est ça.

 

Pour passer aux questions vraiment importantes, qui nous tiennent à cœur, au camping, vendredi matin après une nuit éprouvante d’alcool, d’abus et d’excès on a vu un mec à poil en plein soleil se gerber sur son intimité au réveil, t’ en penses quoi ?

 

François : Moi je trouve ça normal. Tout à fait normal, j’y vois une certaine continuité, une certaine cohérence, le respect du cercle. De la bite sort des immondices, de la bouche aussi, il a voulu faire un raccord, moi je trouve que c’est quelqu’un de cohérent.


Bon et c’est quoi votre couleur préférée ?

Jo : Le blanc…

François : Pour un mec qui fait du HxC communiste, c’est moyen comme réponse…  Le rouge pour moi, le vin tout ça.

 

Qu’est-ce que vous chantez sous ta douche ?

François: Ces derniers temps j’ai beaucoup chanté Manureva d’Alain Chamfort qui a été écrite par Gainsbourg, c’est une super chanson. Et j’y vais a donf, je mime le clavier et tout. Et puis là il y a eu le Motocultor j’ai du répéter. J’ai du growlé un peu, ça plaisait beaucoup à ma nana qui écoute du hip hop.

 


 

 

 


Et concrètement, comment est-ce que vous définiriez Miseducation avec des termes culinaires ?

François : Un filet mignon de porc un peu pimenté rosé…

Jo : Rognons de porc, rognons de ce que tu veux…

François : Et avec de la mousse en chocolat en dessert, mais ça c’est le secret de fabrication.

 

 

 

Commenter cet article