Interview Cult Of Luna pendant Impetus

Publié le par L'équipe de Black Roots Metallistic

 

IMGP8037            

Pendant le festival Impetus nous avons eu le plaisir de rencontrer Johannes Persson, chanteur et guitarise de Cult Of Luna. Il en est sorti des choses intéressantes.

 

Salut Johannes, merci d'être avec nous ce soir. Notre première question sera à propos de votre nouvel album que vous venez de sortir Vertikal, c'est un concept album? Nous aimerions savoir si d'autres concept albums vont venir.

 

Ce n'est pas un concept album. Il y a eu beaucoup de confusion parce qu'on s'est demandé en écrivant cet album avant tout comment est-ce qu'il allait sonner. Avec les deux derniers albums Eternal Kingdom et Salvation on était très inspiré par un imaginaire folkorique. On voulait faire l'opposé de ça, on voulait quelque chose de très urbain. On s'est baladé sur Internet pour voir comment mettre en son les sensations, les impressions que tu peux avoir dans une ville. Très vite, on a commencé à se rendre compte que c'était un exercice très difficile. Il y a tellement de choses dans une ville, si bien que c'est difficilement concevable de le mettre en musique. Qu'est-ce que le concret d'une ville finalement? C'est des formes humaines, des angles droits, des choses que tu ne trouves pas dans la nature. Il y a le monde industriel avec ses monotonies et ses répétitions. On a essayé de mettre des références visuelles à des films comme Metropolis de Fritz Lang, quelque chose qui se rapprochait de l'expressionnisme.

On voulait que notre album "sonne" comme le film. Ce n'est pas un concept album parce qu'il n'y a pas de structure narrative; il n'y a pas de récit, juste des ambiances.

 

L'album précédent Eternal Kingdom remonte à 2008, pourquoi est-ce que ça a pris autant de temps pour sortir Vertikal?

 

Déjà, on a beaucoup de side projects, on fait tous des choses totalement différentes. Pour Cult, entre 2000 et 2008, on a fait cinq albums avec des singles en plus. C'était beaucoup et ce fut intensif. Un processus de création un peu trop suivi. Un album tous les deux ans c'est un travail énorme. Eternal Kingdom fut le dernier album qu'on a fait dans cette lignée. On a pensé qu'il serait bon de faire une pause.

 

On trouve que Cult of Luna devient de plus en plus sombre d'album en album, mais le titre "Passing through" qui est le dernier de Vertikal est un titre très calme, est-ce que ça indique un tournant majeur pour le groupe?

 

Je n'en sais foutrement rien...Tu sais, ce morceau on l'a fait pour que l'album soit un ensemble. On a des titres qui sonnent un peu comme ce morceau qu'on a pas calés dans l'album. On voulait rester dans la même dynamique, dans la même ambiance. Et tu sais, c'est dur à dire ce qu'on compte faire plus tard.

 

Beaucoup de monde vous demande quelles sont vos influences musicales, on aimerait savoir si vos inspirations sont plus que musicales?

 

Tu sais tout est inspiration. C'est dur d'y répondre, on voit le monde à travers nos yeux. On peut jamais trop dire comment on va traiter ce qu'on ressent. Il est quasiment impossible de répondre à cette question tu sais. Quand tu le vois de l'extérieur, ce que fait Cult Of Luna, tu pourrais penser que tout un tas de choses ont une raison d'être dans notre musique mais finalement on peut pas l'expliquer nous-mêmes. Je crois surtout que quand tu fais de la musique ton enfance t'inspire beaucoup. C'est tout ce que je peux vous dire à ce niveau là.

 

IMGP8053

 

Que fais-tu quand tu joues pas de la guitare ou quand t'es pas en studio?

 

Je ne joues pas tant que ça tu sais. Je fais tout plein de trucs. Je lis beaucoup, je passe du temps avec ma copine et ma fille. Je fais de la boxe thaïe aussi. Je cours un peu quand j'ai le temps. Et bien sûr je perds trop de temps devant les jeux vidéos, à la ps3. Je suis dépendant à Battelfield 3.

 

Comment tu vois le futur de l'industrie  musicale?

 

C'est une question difficile à répondre. Ça dépend si tu parles de l'industrie en elle-même et qu'on doit aborder des gens comme Justin Bieber ou si on parle de la scène musicale sur laquelle on agit?

Je ne sais pas. Je ne sais pas comment y répondre. Par exemple Cult Of Luna, c'est impossible d'y répondre. On en cause souvent avec nos potes. C'est un pendule, ça va et vient. Le monde en général devient de plus en plus en plastique, aseptisé. C'est pareil pour la musique. Il n'y a plus rien de dangereux, il n'y a pas de risque, tout est formaté ou presque. Je ne veux pas juger les autres formes de musique. Je trouve qu'actuellement beaucoup de choses manque de chair. J'espère que quelque chose de sale va apparaitre. Dans les années 90 c'était le grunge après le "propre" des années 80. Maintenant tout a arrêté d'être dangereux. On peut espérer peut être un « post grunge » parce que finalement aujourd'hui, l'industrie musicale c'est que des gens qui copient les autres.

J'espère que quelque chose de nouveau, de sale et dangereux va naître, quelque chose avec du sens.

Tu vois en Suède on a des gros festivals "press and play". Les gens passent les uns après les autres et appuient sur des boutons. C'est vide de musique, on peut reconnaître la qualité d'un morceau. Je trouve que ce sont plus des artisans que des musiciens finalement. Je ne veux pas être irrespectueux, il y a plein de trucs cools mais je pense que quand t'es sur scène, tu dois donner quelque chose, faire quelque chose, faire un show.

 

Pour finir avec les questions traditionnelles de Black Roots quelle est ta couleur préférée?

 

Noir.

 

Tu chantes quoi sous la douche?

 

Je ne chante pas sous la douche, j'écoute des one man shows.

 

 

 

 

Interview par Tybalt & Ludo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article